Un jeune homme avec une protéinurie et une hématurie microscopique

Observation.

Un homme de 37 ans consulte après la constatation en médecine du travail d’une hématurie à 2+ et d’une protéinurie à 2+ à la bandelette urinaire. Sa pression artérielle est à 144/87 mmHg. Il fume 10 cigarettes par jour depuis 6 ans. Il n’a pas d’antécédent familial notable, en particulier uro-néphrologique. Son poids est de 82 kg pour une taille de 1,82 m.

 

PREMIÈRE HYPOTHÈSE : UNE NÉPHROPATHIE GLOMÉRULAIRE

La bandelette urinaire est un examen de dépistage très sensible ; un dépistage positif nécessite d’être contrôlé par les examens de référence : dosage de la protéinurie et examen cytobactériologique des urines (ECBU). Le dosage de la protéinurie doit être rapporté à la créatininurie du même échantillon (et exprimé en mg/mmol ou mg/g de créatininurie ; une protéinurie à 1 g/24 h correspond approximativement à une protéinurie à 1 g/g ou à 100 mg/mmol), ce qui permet de se dispenser du recueil des urines des 24 heures ; il est au mieux réalisé sur un échantillon des urines du matin. L’albumine est la principale protéine détectée par la bandelette urinaire ; elle représente habituellement 60 à 80 % des protéines urinaires. D’autres protéines urinaires ne sont pas ou peu détectées par la bandelette : bêta-2 microglobuline, chaînes légères d’immunoglobuline, protéine de Tamm-Horstfall...

Téléchargez l'article