Signes radiographiques de la coxarthrose

 

Quels sont les signes radiographiques à rechercher devant une suspicion de coxarthrose ?

  1. Ostéosclérose condensante de l’os sous-chondral  
  2. Lyse régulière de la métaphyse fémorale supérieure  
  3. Géodes  
  4. Pincement articulaire localisé
  5. Ostéophytes

Extrait l'Item 125 "Arthrose"

1 - Définition

La coxarthrose est une atteinte arthrosique de l’articulation coxo-fémorale. La prévalence est évaluée entre 2 et 5 % après 55 ans, elle augmente progressivement avec l’âge, avec une légère prédo-minance féminine. Les facteurs de risque sont l’âge, le surpoids, certains sports (football, judo, danse) ou certaines professions (travaux de force), des anomalies architecturales (dysplasies congénitales).

2 - Examen clinique

La douleur typique de la coxarthrose s’exprime essentiellement au pli de l’aine et irradie vers la face antérieure de la cuisse. La douleur peut aussi irradier vers la face antéro-interne de la cuisse, et peut, dans certains cas, s’exprimer uniquement en regard du genou. On parle alors de douleurs projetées. Les douleurs en regard du grand trochanter ou sur la face pos-térieure de la cuisse doivent faire évoquer d’autres diagnostics. Les douleurs sont d’horaire mécanique (pas de réveil nocturne, durée de « dérouillage matinal » inférieure à 15 minutes).

L’examen clinique recherche, en position debout, une boiterie, une attitude vicieuse en flessum et/ou en rotation externe de hanche. En position couchée, une reproduction de la douleur lors de la mobilisation de la hanche, voire une limitation douloureuse des amplitudes articulaires sont recherchées.

Les scores fonctionnels de Lequesne et du Western Ontario and McMaster Universities Arthritis Index (WOMAC) sont très utilisés pour évaluer l’impact fonctionnel généré par cette pathologie.

3 - Radiographie

Il faut demander des clichés du bassin de face en charge, ainsi que des clichés de la hanche de profil (« faux » profil de Lequesne mais vrai profil de hanche). Ils permettent de rechercher dans un premier temps les 4 signes cardinaux radiographiques de l’arthrose :

- pincement articulaire localisé (supéro-externe le plus souvent, mais parfois supéro-interne),
- ostéosclérose condensante de l’os sous-chondral,
- géodes,
- ostéophytes.
 

Comme le montre la figure 1, ces derniers doivent être recherchés dans différentes localisations : cotyloïdienne (le plus fréquemment), mais aussi périfovéale, péricapitale…

 

Ces anomalies sont objectivées via le score radiographique de Kellgren et Lawrence. Dans un second temps, les clichés radiographiques permettent la réalisation d’une coxométrie (figure 2), qui met en évidence d’éventuels vices architecturaux. Elle est définie par quatre angles fondamentaux :

- angle VCE : couverture externe du cotyle (N < 25°) ;
- angle HTE : obliquité du toit du cotyle (N < 10°) ;
- angle céphalo-cervico-diaphysaire : entre l’axe diaphysaire et la droite passant par D et C (N < 135°) ;
- angle VCA : couverture antérieure de la tête (N > 25°).
 

Les bonnes réponses sont :  A, C, D et E

Accéder à l'Item et ses compléments #abonnés