QCM sur le traitement de la DMLA

Quelle est la place des anti-VEGF dans la prise en charge de la dégénérescence maculaire liée à l’âge ?

 

A - Il faut l’instaurer précocement dès que le diagnostic de forme sèche est posé
B - Il faut l’instaurer précocement, quel que soit le niveau d’acuité visuelle initial d’une forme exsudative 
C - L’intervalle entre deux injections doit être inférieur à 4 jours  
D - Le ranibizumab est recommandé en présence de tous les types de néovaisseaux choroïdiens rétrofovéolaires en injection intravitréenne  
E - Il est recommandé d’examiner les patients toutes les 4 semaines durant le traitement 

 

Extrait de l'item 127 

Dès que le diagnostic de dégénérescence maculaire liée à l’âge exsudative rétrofovéolaire est posé, il faut instaurer le plus précocement possible un traitement par anti-VEGF par voie intravitréenne, quel que soit le niveau d’acuité visuelle initial. Le ranibizumab est recommandé en présence de tous les types de néovaisseaux choroïdiens rétrofovéolaires en injection intravitréenne à la dose de 0,5 mg. Une injection par mois pendant 3 mois consécutifs (intervalle entre deux injections supérieure ou égale à 4 semaines) complétée par une phase de suivi durant laquelle il est recommandé d’examiner les patients toutes les 4 semaines et d’effectuer une mesure de l’acuité visuelle par l’échelle ETDRS, un examen du fond d’oeil et/ou rétinographies et une OCT. Une angiographie à la fluorescéine peut être réalisée si nécessaire. Une injection de ranibizumab après les 3 premières injections est réalisée dans les cas suivants : persistance de signes d’activité de la lésion néovasculaire, avec ou sans baisse d’acuité visuelle ; si la lésion continue à répondre aux traitements répétés ; s’il n’existe pas de contre-indication à la poursuite du traitement. Au cours de la phase de suivi, une nouvelle injection peut être proposée en l’absence de signes d’activité néovasculaire si les tentatives précédentes de suspendre le traitement ou d’allonger l’intervalle de réinjection ont conduit à des récidives néovasculaires. Le pégaptanib (à la dose de 0,3 mg) est recommandé toutes les 6 semaines (9 injections par an) par injection intravitréenne dans l’oeil atteint.

 

Il fallait répondre :  B, D et E

 

Pour aller plus loin

Accéder à l'Item 127 #abonnés

Dossier Dégénérescence maculaire lié à l'âge - La Revue du Praticien - N° 1 -  2017 #abonnés