Nouveau dossier progressif

Un 12 août 2019 à 8 h 10, une patiente de 40 ans, Mme J, droitière, est admise aux urgences de l’hôpital où vous exercez suite à l’apparition brutale d’une amputation des deux hémichamps visuels à gauche, depuis la veille au soir à 23 h 45, avec une céphalée concomitante. À son arrivée, l’interrogatoire est difficile car elle semble désorientée dans le temps et l’espace. C’est sa sœur qui est passée la voir ce jour qui s’est rendu compte que la patiente n’était pas dans son état habituel.

Dans ses antécédents vous retenez :

– un fond migraineux depuis des années non suivi, non traité ;
– 2 fausses couches à 7 et 8 semaines d’aménorrhée il y a 10 et 12 ans ;
– un trouble de l’humeur suivi en psychiatrie.
– elle fume 10 cigarettes par jour depuis l’âge de 25 ans.

Dans les antécédents familiaux : un vitiligo chez sa sœur.
Elle ne prend pas de traitement actuellement.
De plus, sa sœur vous rapporte des troubles de la marche qui semblent évoluer depuis le début du mois de février 2019.

À l’examen clinique : la patiente est désorientée. Elle a une amputation dans les hémichamps visuels gauches des deux yeux. Le testing moteur vous semble légèrement plus faible aux deux membres inférieurs, vous ne parvenez pas à évaluer la sensibilité. Ses réflexes ostéo-tendineux sont vifs aux membres inférieurs, vous retrouvez une extension lente des deux hallux lorsque vous effleurez la plante des pieds avec votre marteau. Lorsque vous regardez les chaussures de la patiente il vous semble que l’avant de ses chaussures est très abîmé par rapport à l’arrière.

Parmi les affirmations suivantes concernant la prise en charge immédiate de la patiente, la(les)quelle(s) est(sont) vraie(s) ?

Patiente éligible à une prise en charge en condition thrombolyse intraveineuse

Patiente éligible à une prise en charge par thrombectomie (thrombolyse intra-artérielle)

Patiente hors délais pour une prise en charge thrombolyse et thrombectomie

Il est nécessaire de réaliser une administration intraveineuse d’un antiagrégant plaquettaire avant toute chose pour maximiser les chances de récupération

Il est nécessaire de réaliser une administration d’un antiépileptique par voie intraveineuse pour écarter la possibilité d’une crise épileptique partielle

 

Accéder au dossier compler #abonnés