Nouveau dossier pneumologie

Mademoiselle G., 28 ans, est amenée aux urgences par son ami pour des symptômes d’asthme qui ne cèdent pas au traitement habituel.

 

Elle est asthmatique depuis l’enfance, traitée par salbutamol en aérosol doseur à la demande, et prend de temps en temps du budésonide 200 μg lorsqu’elle se sent gênée. Une sensibilisation aux phanères de chat a été documentée à l’époque, avec déclenchement de symptômes asthmathiques typiques au contact de ces derniers. Elle a déjà été hospitalisée il y a un an pour un asthme aigu grave. Elle fume depuis 8 ans 10 cigarettes par jour.

 

La patiente vous dit que depuis quelques jours elle est enrhumée et que depuis 24 heures elle se sent très fatiguée, essoufflée à l’effort et qu’elle tousse beaucoup. À l’entrée, la patiente a du mal à répondre aux questions. Elle est fébrile à 39 °C. Sa fréquence respiratoire (FR) est à 30/min et la fréquence cardiaque (FC) à 125/min. L’auscultation révèle des râles sibilants diffus et des râles crépitants apicaux droits. Le débit expiratoire de pointe est à 43 % de la théorique. La saturation artérielle en oxygène (SpO2) est à 88 %.

La radiographie est la suivante : 

 

Qualifiez précisément cet épisode asthmatique ?

 

Exacerbation légère

Exacerbation modérée

Exacerbation sévère

Exacerbation quasi mortelle

Ce n’est pas de l’asthme

Envie de continuer cet cas ? Cliquez ici #abonnés