Nouveau dossier en pédiatrie

Vous recevez aux urgences le petit Jules, âgé de 5 semaines, pour des régurgitations importantes depuis 1 semaine environ avec des pleurs importants. Né à terme après une grossesse sans particularité, avec un poids de 3 500 g, il a été allaité initialement au sein, puis au lait artificiel standard à partir de 3 semaines de vie (6 biberons de 150 ml de lait premier âge par jour). Il a été vu par le médecin traitant il y a une semaine pour un examen systématique, celui-ci notait une prise de 1 kg depuis la naissance. L’examen clinique était parfaitement normal et il n’y avait alors que des régurgitations minimes que les parents n’avaient même pas signalées.

Lors de votre consultation, le poids est de 4 420 g, les constantes vitales sont normales tout comme l’examen clinique. La mère de Jules lui donne un biberon de 150 ml devant vous : vous constatez que Jules prend bien le biberon, sans pleurs. Des régurgitations surviennent cependant rapidement, accompagnant un rot. Plusieurs minutes après, dans la salle d’attente, Jules se met à pleurer, se tortille et fait des mouvements de pédalage des jambes.

Quels arguments pouvez-vous avancer à la maman de Jules afin de la rassurer sur le caractère bénin de la situation ?

Les régurgitations sont classiques chez l’enfant de moins de 2 ans

La prise de poids de Jules est très satisfaisante sur le premier mois de vie

La prise du biberon ne semble pas douloureuse, ni les régurgitations, ne faisant pas évoquer un reflux gastro-œsophagien (RGO)

Le deuxième mois de vie est un mois où l’enfant est plus agité, en comparaison au premier mois de vie

L’examen clinique normal doit rassurer sur la gravité des symptômes

Poursuivre le dossier #abonné