Mise à jour de l'Item 50

Item 50 - Strabisme de l'enfant

Pr Danièle Denis, Dr Marie Beylerian - Service d’ophtalmologie, hôpital Nord, chemin des Bourrely, 13015 Marseille, France

Objectifs : ARGUMENTER les principales hypothèses diagnostiques et JUSTIFIER les examens complémentaires pertinents

Définition

Le strabisme est caractérisé par une déviation des axes visuels et par des altérations sensorielles secondaires à cette déviation. Le strabisme fonctionnel où aucune anomalie oculaire n'empêche la transmission de l’influx visuel au cortex s’oppose au strabisme organique où les anomalies peuvent être secondaires à une pathologie cornéenne (taie cornéenne), cristallinienne (cataracte), choriorétinienne (choriorétinite toxoplasmique, tumeur oculaire, colobome…) ou du nerf optique (atrophie optique).

Le strabisme fonctionnel est une affection grave (fonction visuelle menacée : amblyopie) et fréquente qui touche essentiellement l’enfant les premières années de vie (3-4 % de la population française) ; non traitée, elle aboutit dans la majorité des cas à la perte fonctionnelle de l’oeil dévié. Son traitement est indissociable de celui de l’amblyopie, il nécessite un examen rigoureux et un traitement adapté le plus précoce possible.

Classification

Selon le type de la déviation

Le sens de la déviation strabique (synonyme « tropie ») permet de différencier :

– les strabismes horizontaux : convergents : ésotropies ; divergents : exotropies.

– les strabismes verticaux : hypotropies ; hypertropies

– les strabismes torsionnels.

L’association entre chaque type de déviation (verticaux, horizontaux et torsionnels) est possible.

Selon la physiopathologie

Le strabisme est dû à une altération du mécanisme central régulateur du parallélisme des axes visuels (strabisme dit « supranucléaire »). Sur le plan didactique, on en distingue deux formes principales, selon l’âge d’apparition du strabisme [...]

Lisez la suite et entraînez-vous sur le cas clinique  @abonnés