L'item "Agitation et délire aigus" est en ligne

Item 346 - Agitation et délire aigus 

Pr Hélène Verdoux - Université de Bordeaux et CH Charles-Perrens Bordeaux

Objectifs : DIAGNOSTIQUER une agitation et un délire aigus. IDENTIFIER les caractéristiques d’urgence de la situation et PLANIFIER leur prise en charge pré-hospitalière et hospitalière (posologies).

l'apparition aiguë d’un état d’agitation ou d’idées délirantes est une situation fréquemment rencontrée dans un contexte d’urgence. Ces deux tableaux syndromiques sont considérés de manière indépendante, car ils ne
sont pas systématiquement associés, et la démarche diagnostique et thérapeutique peut différer selon la présence conjointe ou non des deux syndromes.

Diagnostiquer une agitation

L’agitation est définie, selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM 5), comme « une activité motrice excessive associée à un état de tension intérieure. L’activité est en général improductive et stéréotypée. Elle se traduit par des comportements tels que la marche de long en large, le fait de gigoter, d’agiter ses mains, de triturer ses vêtements, et l’incapacité à rester assis »

  • Interrogatoire

L’interrogatoire du patient et, si possible, de tout autre informant disponible doit préciser :
– les circonstances de survenue : date de début, mode d’apparition (brutale en quelques heures ou dans un contexte de modification progressive du comportement depuis plusieurs jours ou semaines) ; au décours d’un événement particulier (maladie, post-partum, accident, voyage, événement de vie récent)… ;
– les antécédents : documenter de manière très détaillée tous les médicaments récemment consommés (y compris en automédication ou dans le cadre d’une tentative de suicide) ou récemment interrompus (y compris à l’initiative du patient) ; la prise récente ou l’arrêt récent d’alcool ou d’autres substances psychoactives ; les antécédents personnels et familiaux médicaux et psychiatriques.

  • Examen clinique

Il a pour objectif de rechercher :
– un syndrome confusionnel : désorientation temporo-spatiale, obnubilation, trouble de vigilance, troubles mnésiques (amnésie antérograde, fausses reconnaissances) ;
– les symptômes non psychiatriques associés afin d’identifier une urgence mettant en jeu le pronostic vital ou fonctionnel : dyspnée, cyanose, myosis, mydriase, hyperthermie, symptômes méningés, signes de localisation neurologiques, morsure de langue, sueurs profuses, globe urinaire, etc. ;
– les symptômes psychiatriques associés : symptômes thymiques de type maniaque ou hypomaniaque ; symptômes thymiques de type dépressif [...] LIre la suite de l'Item #abonnés