L'Item 49 en ligne

Item 49 - Troubles de la miction chez l’enfant - Dr Audrey Charlanes, Dr Pauline Lallemant-Dudek, Dr Véronique Forin

Unité pédiatrique de médecine physique et de réadaptation, hôpital Armand-Trousseau, 75571 Paris Cedex 12, France

Objectifs : ARGUMENTER les principales hypothèses diagnostiques et JUSTIFIER les examens complémentaires pertinents.

Les troubles mictionnels de l’enfant sont un motif fréquent de consultation en pédiatrie. Ils peuvent être soit fonctionnels soit s’intégrer dans des pathologies malformatives et neurologiques.
Une bonne analyse de ces troubles est indispensable afin de ne pas négliger le risque uronéphrologique et de pouvoir orienter et traiter les patients

Cycle vésical

Le cycle vésical est composé d’une phase de continence et d’une phase de miction.
Pendant la phase de continence (ou phase de stockage), la vessie doit être compliante : elle doit se laisser distendre, à basse pression durant le remplissage vésical. Lors du remplissage vésical, l’urètre et ses sphincters lisse et strié contribuent à la continence en maintenant un tonus permanent.
Pendant la phase de miction, le complexe sphinctérien se relâche et le muscle lisse détrusorien se contracte : la vessie se vide entièrement, rapidement, à basse pression et sans poussée abdominale.
La synergie vésico-sphinctérienne est donc primordiale : le détrusor est au repos quand le sphincter est contract

Innervation

Le bas appareil urinaire constitué de la vessie, de l’urètre et des sphincters a une triple innervation (tableau 1).
Certains centres encéphaliques entrent en jeu dans le comportement mictionnel, permettant notamment de déclencher la miction ou de la différer si elle n’est pas socialement acceptable.

Miction chez l’enfant : repères

Le nourrisson présente une miction automatique par contraction détrusorienne et relaxation sphinctérienne à faible volume vésical.
L’acquisition de la propreté se fait progressivement et dépend de la maturation du système nerveux, de la maturation affective de l’enfant et des relations parents-enfant. Les mictions peuvent
être retardées par la contraction sphinctérienne qui va inhiber la contraction du détrusor (réflexe périnéo-détrusorien inhibiteur).Ainsi, l’enfant va acquérir une continence diurne puis nocturne, avec augmentation de la capacité vésicale.
La continence fait partie des étapes du développement de l’enfant (tableau 2).

Accéder à l'item complet et à sa page #abonnés