L'item 326 est en ligne

Item 326 - Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l’adulte et chez l’enfant Partie : Anti-inflammatoires stéroïdiens et non stéroïdiens et antithrombotiques - Étienne Crickx

Objectifs : CONNAÎTRE pour chacune les mécanismes d'action de classe et des produits individuels, les principes du bon usage, les critères de choix d’un médicament en première intention, les causes d’échec, les principaux effets indésirables et interactions.

Les points forts à retenir pour les anti-inflammatoires
1 - Les corticoïdes et anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont des anti-inflammatoires très efficaces mais pourvoyeurs de nombreux effets indésirables liés à leurs mécanismes d’action.
2 - Une corticothérapie prolongée ne doit pas être interrompue brutalement y compris en cas d’effet indésirable.
3 - La prescription d’AINS se fera après avoir évalué la balance bénéfice/risque, et en cures courtes à doses minimales efficaces dans la majorité des cas. La balance bénéfice/risque d’un traitement par AINS est rarement favorable chez le sujet âgé.
4 - La prescription d’inhibiteurs de la pompe a protons est indispensable en cas de traitement par AINS chez un patient à risque (antécédent d’ulcère gastrique ou duodénal, âge > 65 ans, traitement anticoagulant, aspirine ou corticothérapie associée).

Les points forts à retenir pour les antithrombotiques
1 - Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) et les anticoagulants oraux directs (AOD) sont contre-indiqués en cas de clairance de la créatinine < 30 mL/min/m² (risque hémorragique majoré).
2 - Les antivitamine-K (AVK) ont de nombreuses interactions médicamenteuses pouvant être à l’origine de variations importantes de l’INR. Les AOD ont également des interactions médicamenteuses.
3 - Le risque hémorragique sous AOD est majoré dans certaines populations à risque où la plus grande prudence s’impose

Lire les articles de cet Item #abonnés