L'Item 190 est en ligne

Item 190 - Lupus érythémateux disséminé. Syndrome des anti-phospholipides

Pr Olivier Fain, Dr François Chasset, Dr Amir Adedjouma, Dr Arsène Mekinian - Service de médecine interne, hôpital Saint-Antoine (AP-HP) et Service de dermatologie, hôpital Tenon, Paris

Objectifs : DIAGNOSTIQUER un lupus érythémateux disséminé et un syndrome des anti-phospholipides. DÉCRIRE les principes du traitement et de la prise en charge au long cours.

Le lupus érythémateux systémique (ou disséminé) est une maladie auto-immune touchant préférentiellement la femme jeune, et responsable d’une atteinte polyviscérale (ou multisystémique). L’atteinte d’un ou plusieurs « systèmes » peut être simultanée ou apparaître au fur et à mesure. L’évolution se fait par poussées. Le lupus systémique est une maladie chronique prise en charge dans le cadre des 30 affections de longue durée, au titre de l’ALD21.

Épidémiologie

L’incidence du lupus est de 3 à 4 nouveaux cas par an pour 100 000 habitants. Le lupus touche préférentiellement la femme jeune. En Afrique, aux Caraïbes et en Asie, l’incidence est 9 fois plus fréquente que dans les pays européens. Il existe 5 % de formes familiales. Certains facteurs aggravants sont connus : la prise d’oestrogènes, la grossesse, l’exposition au soleil, notamment aux ultraviolets (UV)B, et à un moindre degré les infections virales, le tabagisme.

Des traitements peuvent déclencher des lupus (lupus induits) : anticonvulsivants (phénytoïne)*, isoniazide, sulfasalazine, quinidine, minocycline, chlorpromazine, D-pénicillamine , bêtabloquants (acébutolol, practolol), antithyroïdiens de synthèse (PTU), alphaméthyldopa*, interféron a, anti-TNFa. Certains (*) sont peu ou plus utilisés actuellement [...] Lire la suite #abonnés

Accéder à la photothèque #cado