L'item 123 est en ligne

Item 123 - Hypertrophie bénigne de la prostate

Dr Stanislas Grisard, Pr Jean-Alexandre Long - Service d’urologie et de transplantation rénale, CHU Grenoble-Alpes

Objectifs : DIAGNOSTIQUER une hypertrophie bénigne de la prostate. ARGUMENTER l'attitude thérapeutique et PLANIFIER le suivi du patient.

L'hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) devient symptomatique en créant un obstacle sous-vésical à l’écoulement des urines (syndrome obstructif) et peut entraîner une modification de fonctionnement de la paroi vésicale (hyperactivité vésicale).

L’hypertrophie bénigne de la prostate est une affection bénigne courante entraînant des symptômes urinaires du bas appareil (SBAU) à l’origine d’une altération de la qualité de vie et de potentielles complications.

Cependant, il n’existe pas de parallélisme entre le volume d’une hypertrophie bénigne de la prostate et la gravité des symptômes urinaires du bas appareil.

Diagnostiquer une hypertrophie bénigne de la prostate
Épidémiologie - L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) est une des affections bénignes les plus fréquentes chez l’homme après 40 ans. La prévalence de l’hypertrophie bénigne de la prostate varie selon les études entre 13 et 57 %. Le principal facteur de risque est l’âge. Le statut hormonal du patient joue également un rôle.

Rappel anatomique  On divise la prostate en 5 zones anatomiques (fig. 1) :
– zone périphérique ;
– zone centrale ;
– zone de transition, c’est elle qui entoure l’urètre prostatique ;
– zone du stroma fibromusculaire antérieur ;
– glandes périprostatiques.

 

Lire l'article complet et ses compléments #abonnés