Dossier gynécologie, cette semaine

Vous recevez en consultation pour infertilité Mme B., 27 ans, en compagnie de son conjoint, M. P.
Ils sont en couple depuis trois ans et vivent ensemble depuis un an, Mme B. a arrêté sa pilule estroprogestative depuis deux ans.
Mme B. a pour seuls antécédents une appendicectomie dans l’enfance et un tabagisme à 4-5 cigarettes par jour. Elle est G1P0 : 1 grossesse extra-utérine traitée par injection de méthotrexate il y a dix ans. Elle vous raconte que cet épisode s’était compliqué de douleurs pelviennes importantes avec de la fièvre.
Sur le plan gynécologique, elle présente des cycles réguliers de vingt-neuf jours sans dysménorrhée ni dyspareunie.
M. P. a 32 ans, est boulanger, et est déjà père d’une petite fille de 4 ans née d’une précédente union.

Quelles sont les propositions exactes ?

Il s’agit d’une infertilité secondaire de M. P.

Il s’agit d’une infertilité secondaire du couple

Le couple ne répond pas à la définition d’infertilité pour l’instant

La durée de vie commune est trop courte pour être pris en charge en assistance médicale à la procréation (AMP)

Le tabagisme de Mme B. est assez faible pour ne pas impacter sur sa fertilité

 

Continuer le dossier #abonnés