Cas clinique : Shiitake dermatitis

 

 

 

Cet homme de 40 ans, sans antécédent, consultait pour une éruption cutanée tronculaire prurigineuse, évoluant depuis 24 heures. L’interrogatoire ne trouvait pas d’application topique ou d’introduction de traitement récent. L’examen clinique notait des lésions papulo-érythémateuses groupées de façon linéaire, à disposition flagellée prédominant sur le tronc (fig. 1 et 2) et le visage, sans atteinte muqueuse. Le bilan biologique était normal. L’histoire alimentaire révélait la consommation de champignons surgelés shiitakés le jour précédent l’apparition des lésions. Devant cet anamnèse et cet aspect typique, le diagnostic retenu était celui de dermatite flagellée au shiitaké. Un traitement par dermocorticoïdes et antihistaminiques permettait une régression complète de l’éruption en 10 jours, sans séquelle pigmentaire.

La dermatose aux champignons shiitaké (Lentinula edodes)

une dermatose flagellée qui apparaît dans les heures qui suivent la consommation de ces champignons lorsqu’ils sont consommés crus ou insuffisamment cuits. Elle se traduit par la survenue de papules érythémateuses, prurigineuses, linéaires du tronc et des membres, parfois au visage, sans atteinte muqueuse. Le diagnostic est clinique, les biopsies cutanées sont aspécifiques. La physiopathologie n’est pas élucidée : le lentinane, polysaccharide thermolabile d’action toxique, serait en cause.1 Le diagnostic différentiel est la dermatose flagellée secondaire à l’introduction de bléomycine, avec atteinte muqueuse et hyperpigmentation séquellaire.2 La dermatose à shiitaké est peu connue en Europe et probablement sous-diagnostiquée, mais son incidence ne va cesser de croître en raison de l’engouement pour la cuisine asiatique.

Issu de : Vos images - Shiitake dermatitis -  Mathieu Devred, Aurore Le Guern, Manon Gillard, Mathieu Bataille, Philipe Modiano -  Rev Part - Vol 68 - p.408 #Abonnés